au pair

Entretien avec une famille d'accueil d'Autriche/Slovénie

par Julia on Mar 01, 2021
Entretien avec une famille d'accueil d'Autriche/Slovénie
La famille Paulin d'Autriche/Slovénie a déjà accueilli plusieurs Au Pair de différents pays. Aujourd'hui, la mère de famille parle de ses expériences et donne un aperçu de la procédure à suivre pour avoir une fille au pair à la maison.

AuPair.com : Merci beaucoup d'avoir pris le temps de notre interview ! Pour commencer, nous aimerions vous poser quelques questions sur votre famille afin de donner à nos lecteurs une meilleure idée de votre situation. Combien d'enfants avez-vous et quel âge ont-ils ?

Mme Paulin : En ce moment, j'ai deux jeunes enfants, l'aîné a un peu moins de quatre ans et demi, le plus jeune aura bientôt deux ans.

AuPair.com : Pourquoi avez-vous décidé d'engager un Au Pair ?

Mme Paulin : Je travaille avec des nounous depuis le début, j'avais déjà engagé deux nounous pour mon aîné depuis sa naissance. Le fait est que le taux de rotation des emplois est assez élevé. Alors j'ai pensé, pourquoi ne pas prendre une fille au pair ? J'avais également travaillé avec des étudiants Erasmus qui voulaient vivre gratuitement en échange de baby-sitting. Peu avant la naissance de mon deuxième enfant, je me suis dit que j'allais peut-être engager une jeune fille au pair, car elle est toujours relativement disposée à voyager. À l'époque, nous nous déplacions entre l'Autriche et la Slovénie et je n'aurais pas pu le faire avec des étudiants Erasmus. Ils ont leurs cours universitaires sur place, alors j'ai pensé, eh bien, je vais commencer par une fille au pair, et ça a très bien marché.

AuPair.com : Aviez-vous des exigences particulières pour l'Au Pair ? Par exemple, cherchiez-vous uniquement des filles au pair ou envisagiez-vous également des garçons au pair ?

Mme Paulin : Déjà parmi les étudiants Erasmus il y avait un homme, qui était grec, j'avais aussi quelques nounous hommes. Bien sûr, c'est un domaine dominé par les femmes, sans aucun doute, mais il y a aussi pas mal d'hommes qui le font. Parmi les Au Pair, la première est arrivée chez nous en tant que fille et nous a quittés en tant que garçon, tout cela n'a posé aucun problème de ma part. La seule chose importante pour moi est qu'ils parlent tous à mes enfants dans leur langue maternelle, afin que les enfants apprennent une autre langue. C'était la seule exigence, et puis, bien sûr, les choses classiques, qu'ils aiment les enfants, qu'ils soient pratiques, qu'ils aient de la patience, des choses comme ça. Mais c'était tout en général.

AuPair.com : Est-ce important pour vous que votre enfant grandisse en étant multilingue ?

Mme Paulin : Bien sûr ! Je suis diplomate de profession, donc je sais combien les langues sont importantes dans le monde des affaires. Selon l'endroit où vous vous trouvez, vous parlez une langue plus souvent, puis vous ne la parlez plus pendant quelques mois. Mon fils aîné parle le japonais, le grec, le hongrois, l'albanais et le persan, entre autres, à des niveaux différents bien sûr. Le petit est encore trop jeune pour en voir les effets. De temps en temps, il utilise des expressions dans d'autres langues, les répète comme un perroquet, mais bien sûr, je ne peux pas dire maintenant qu'il parle une autre langue.

AuPair.com : Combien d'AuPair avez-vous eu jusqu'à présent ?

Mme Paulin : Eh bien, deux "vrais" Au Pair, avec les étudiants Erasmus il y en avait trois ou quatre, selon la façon dont on compte. Jusque-là, il n'y avait que des étudiants d'Erasmus qui venaient en ville et voulaient vivre à bon marché.

AuPair.com : Et de quels pays venaient ces personnes ?

Mme Paulin : Le premier était un Grec, ensuite nous avons eu un Slovaque, puis un Allemand et parmi les Au Pair classiques nous avons eu un Français et un Américain.

AuPair.com : A-t-il été facile de demander un visa pour l'Américain ?

Mme Paulin : Oui, en Autriche, il n'y avait pas de problème du tout. Il existe des visas spéciaux Au Pair, des contrats Au Pair, et tout s'est passé très vite. Je pense qu'elle avait déjà le permis de travail une semaine plus tard, nous devions juste l'enregistrer et obtenir une carte d'autorisation, ce qui a pris environ deux semaines au total.

AuPair.com : Comment vous préparez-vous à l'arrivée d'un nouvel Au Pair, avez-vous une certaine routine ?

Mme Paulin : Bien sûr, je leur explique généralement par e-mail comment fonctionne notre routine quotidienne. L'Au Pair travaille 18 heures par semaine, donc je leur laisse le choix de cumuler les heures par semaine, ils n'ont pas besoin d'être disponibles tout le temps. La seule chose que je fais est d'être là au début, d'expliquer comment nourrir les enfants et comment changer les couches, c'est la seule chose pour laquelle je dois être là, le reste est automatique. J'explique aux Au Pair jusqu'à quelle heure ils peuvent rester avec les enfants, et combien de temps le plus jeune a le droit de dormir.

AuPair.com : On dirait que vous avez déjà beaucoup d'expérience en tant que famille d'accueil. Combien de temps dure en moyenne votre recherche ?

Mme Paulin : La première que j'ai commencé à chercher à la mi-décembre et elle a commencé en janvier. Donc ce n'était que quelques semaines. Elle voulait aller en Slovénie et j'étais à peu près la seule famille d'accueil là-bas. Avec l'autre, je crois que j'ai commencé en mai ou juin, et elle est arrivée fin juin. Cependant, avec la première fille au pair, nous n'étions même pas en contact par téléphone, juste par courriel et tout était fait. L'autre Au Pair est venu ici pendant deux jours, a vu notre maison, a regardé la chambre, et a décidé sur cette base de rester ou non et est revenu plus tard. Maintenant, j'essaie plutôt de recruter pour Vienne, et c'est très difficile en raison des circonstances liées au coronavirus. J'ai déjà eu quelques entretiens, mais en gros, les options sont annulées les unes après les autres parce que les Au Pair ne peuvent pas voyager ou ne savent pas s'ils peuvent voyager. La recherche est donc définitivement plus longue, même si l'on aimerait penser qu'il y aurait beaucoup plus d'options et que ce serait moins compliqué, mais ce n'est évidemment pas le cas.

AuPair.com : Quand le séjour Au Pair a commencé... comment vos enfants ont-ils réagi ? Ont-ils accepté l'Au Pair immédiatement ?

Mme Paulin : Oui, ils sont habitués à changer constamment de nounou. Cela peut être très risqué si les enfants n'acceptent pas la personne, cela crée alors un problème pour vous. Si vous engagez une nounou locale, elle peut venir et si elle ne s'intègre pas d'une manière ou d'une autre, elle part et tout va bien. Avec l'Américain, qui est venu par avion, nous n'aurions pas pu annuler aussi facilement. En tout cas, ça a bien marché, on a eu de la chance.

AuPair.com : J'ai aussi entendu dire que vous vous entendiez bien avec les Au Pair personnellement ?

Mme Paulin : Certainement, ils nous rendent même visite à nouveau. Le Français, qui devait initialement rester jusqu'en avril, est finalement resté jusqu'à la mi-août et est revenu cet été. À l'origine, l'Américaine ne devait rester que pendant l'été, puis son séjour a été prolongé jusqu'en février, et elle est finalement restée jusqu'à la fin du mois d'août. Donc ça a vraiment bien marché.

AuPair.com : Je pense que c'est génial. Est-ce que les Au Pair sont venus en Autriche dans le but d'apprendre l'allemand ou voulaient-ils apprendre le slovène ?

Mme Paulin : La plupart d'entre eux sont venus avec l'intention de vouloir être en Slovénie dès le départ. L'Américaine parlait déjà l'allemand auparavant, bien qu'à un niveau de base, et pour elle, c'était un énorme progrès d'être avec nous. L'autre, par exemple, a aussi pratiqué son espagnol ici.

AuPair.com : Vous avez accueilli des Au Pair et des étudiants Erasmus de nombreux pays différents. Y a-t-il eu un choc culturel ? Quelle est votre expérience à ce sujet ?

Mme Paulin : Pour moi, ce n'est pas tellement un problème. Dans mon travail, je suis constamment confronté à d'autres cultures et les chocs culturels sont normaux pour moi. Les enfants aussi considèrent cela comme normal, ils ne connaissent rien d'autre. Mais je loue trois chambres ici, alors parfois il y a des frictions. Plus les cultures sont proches, plus c'est facile. Lorsque l'américain a commencé, j'avais un néerlandais et un allemand qui vivaient ici, et cela s'est relativement bien passé parce qu'il s'agissait aussi de cultures similaires. Puis une Japonaise a emménagé et tout s'est moyennement bien passé, probablement parce que l'Américain avait vécu longtemps en Corée du Sud et connaissait un peu les cultures asiatiques.

AuPair.com : Y a-t-il eu un choc culturel en termes de goûts alimentaires ? Les Au Pair nous disent souvent que la famille d'accueil mange très différemment d'eux, comment le vivez-vous ?

Il n'a mangé avec nous que quelques fois. Il voulait cuisiner pour lui plus souvent, et l'Américaine a clairement indiqué dès le début qu'elle ne voulait absolument pas manger avec nous parce qu'elle est intolérante au lactose et au gluten. Tous nos Au Pair avaient leur propre cuisine et les quelques fois où nous mangions ensemble, je m'assurais que nous cuisinions des choses qu'ils pouvaient manger ou qu'ils pouvaient cuisiner eux-mêmes et cela fonctionnait bien.

AuPair.com : Si vous deviez parler à une future famille d'accueil qui planifie cela pour la première fois et qui n'a aucune expérience, quels conseils lui donneriez-vous ?

Mme Paulin : Avec la première Au Pair, nous ne nous sommes même pas rencontrés au téléphone, donc c'était relativement risqué. Je vous recommande de prendre contact, par exemple par appel vidéo, pour vous faire une idée de la personne que vous allez engager. Il y a beaucoup de gens qui veulent essayer une année en tant qu'Au Pair simplement parce qu'ils veulent voyager, et je ne pense pas que tout le monde soit apte à garder des enfants. Vous devriez au moins regarder comment la personne se présente, comment elle s'habille, comment elle parle, vous devriez voir le style de vie de l'Au Pair avant qu'elle ne vienne chez vous. Peut-être que vous devriez apprendre à vous connaître avant de commencer.

AuPair.com : Notre dernière question : accueilleriez-vous à nouveau un Au Pair ?

Mme Paulin : Bien sûr. C'est une excellente façon de s'occuper des enfants, mais aussi une excellente expérience d'un point de vue culturel.

AuPair.com : Merci beaucoup pour l'interview !


Si vous souhaitez vous aussi faire l'expérience du programme Au Pair, n'attendez pas plus longtemps et inscrivez-vous dès maintenant !

S'inscrire comme famille
S'inscrire comme Aupair


Quelques commentaires...
Djouwérath
May, 23, 2021 - 08:05 am
J'ai suivi tout votre interview puis c'est passionnant. Je suis également à la recherche une famille d'accueil en Allemagne. Je suis prête dès maintenant pour le programme au pair ?
Laissez une réponse:
Rejoignez-nous
Suivez nos comptes AuPair.com - visitez nos réseaux sociaux, rejoignez notre communauté et recevez les dernières actualités du monde Au Pair.
Abonnez-vous à notre newsletter:
S'abonner comme:
En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir la newsletter d'AuPair.com. N'oubliez pas que vous pouvez vous désabonner en tout temps.
Rejoignez-nous
Avez-vous hâte de commencer le programme Au Pair ? AuPair.com vous aidera à trouver votre future Au Pair / Famille d'accueil.
Inscrivez-vous et découvrez ce que nous pouvons faire pour vous: