au pair

Programme Au Pair et Religion : Découvrez l'expérience de Fitri

par Genesis Rivas
Programme Au Pair et Religion : Découvrez l'expérience de Fitri
Vous savez probablement déjà que l'un des principaux objectifs du programme Au Pair est de promouvoir un échange linguistique et culturel entre les deux parties concernées. Bien que le sujet de l'échange culturel semble très excitant, dans la pratique, il peut être un peu plus compliqué qu'il n'y paraît. Surtout lorsqu'il s'agit d'aspects qui peuvent être extrêmement importants pour les gens, comme leurs croyances religieuses. 
 
La religion peut définir les traditions, le régime alimentaire, la communauté d'appartenance et même la boussole morale de nombreuses personnes. Elle peut même être le filtre à travers lequel elles comprennent le monde.  Quelle que soit l'importance que vous accordez à la religion, il est impératif que vous développiez un sens de la tolérance, du respect et de la compréhension des autres systèmes de croyance avant de devenir au pair. 
 
Vous craignez que vos convictions religieuses ne provoquent des frictions avec votre Famille d'Accueil ? Ne vous inquiétez pas. Nous avons eu un entretien très intéressant avec Fitri, une fille Au Pair indonésienne qui a travaillé avec des Familles d'Accueil en Europe. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur son expérience. 
 
 

1. Pourriez-vous nous parler un peu de votre pays d'origine, de votre culture et de l'importance de la religion dans ce pays ? 

 
Je viens d'Indonésie, où les cultures sont nombreuses, car il y a beaucoup d'îles et de races différentes. Il y a également six religions officielles reconnues par le gouvernement : l'islam, le christianisme (protestantisme), le catholicisme, l'hindouisme, le bouddhisme et le confucianisme. Plus de 200 millions de personnes (86,7 % de la population) sont musulmanes en Indonésie. Là où j'ai grandi, la religion est très importante. Les musulmans vont souvent à la mosquée, la plupart d'entre eux sont des hommes, mais elle est aussi ouverte aux femmes. Certaines femmes portent le hijab. Les jeunes enfants vont à l'école islamique pour étudier les bases de l'islam et apprendre à lire l'arabe afin de pouvoir lire le livre saint Al Quran et pratiquer la prière. C'est ce que je faisais quand j'étais plus jeune. 
 

2. Lors des premiers entretiens avec votre famille d'accueil, le sujet de la religion vous a-t-il semblé indispensable à aborder ? Pratiquent-ils une religion quelconque ? 

 
 
En tant que musulman, j'ai beaucoup parlé de ma religion avec mes familles en Belgique et en Allemagne. Elles sont également musulmanes, mais ne pratiquent pas la religion comme moi. Il était donc indispensable de préciser que pour moi, il est essentiel de porter le hijab, de prier et de jeûner.  J'ai aussi travaillé comme baby-sitter avec des parents non musulmans. Pourtant, ils étaient très ouverts d'esprit et me laissaient pratiquer mes traditions tant que cela n'interférait pas avec mon travail. Je me souviens que lorsque je travaillais à Bali comme baby-sitter pour des familles italiennes et russes, elles me laissaient même prier avec les enfants (pour qu'ils puissent me regarder, car pour eux, c'était intéressant). Parfois, les parents s'occupaient des enfants pendant une dizaine de minutes, ce qui me permettait de me concentrer sur ma prière. Je suis flexible et jusqu'à présent, les enfants étaient gentils. Aujourd'hui, je fais un programme de stage (à Ausbildung en Allemagne), je travaille avec des collègues qui ne sont pas musulmans, mais ils sont charmants et même l'un d'entre eux me rappelle occasionnellement de prier. Mon patron m'autorise à prier sur le lieu de travail. 
 

3. Quel est l'aspect culturel et religieux qui vous a le plus marqué lors de votre expérience au pair ? 

 
L'aspect culturel et religieux qui m'a le plus marqué, est celui du jeûne pendant le Ramadhan. Je me suis vraiment sentie seule ici, car dans mon pays, je le faisais toujours avec ma famille et je me réunissais avec mes amis pour jeûner ensemble. 
 

4. Comment avez-vous géré la question des différences religieuses, était-ce compliqué ou pensez-vous que tout s'est déroulé en douceur ?

 
Pour moi, ce n'était pas vraiment compliqué, car j'étais honnête avec eux au départ, de sorte qu'ils pouvaient me comprendre. Cependant, en ce qui concerne la prière, j'ai réellement dû être capable de gérer le temps nécessaire pour la faire et travailler, parce que je dois prier cinq fois par jour. 
 

5. La famille d'accueil vous a-t-elle donné la possibilité d'exprimer vos croyances et vos traditions ? 

 
Mes familles d'accueil et mes employeurs sont ouverts d'esprit et accueillants, je n'ai donc pas eu de problèmes avec eux. 
 

6. L'expérience Au Pair a-t-elle modifié votre système de croyances ? 

Non, l'expérience n'a pas du tout changé mon système de croyances. 
 

7. Avez-vous des conseils à donner aux au pair qui, comme vous, pourraient être confrontés à des différences religieuses lorsqu'ils vivent avec leur famille d'accueil ?

 
J'aimerais conseiller aux au pairs qui sont inquiets de se montrer tels qu'ils sont et de ne pas paniquer. Parlez-leur de votre religion afin d'éviter tout malentendu. Si c'est une bonne famille d'accueil, elle vous acceptera comme vous êtes, quelle que soit votre religion. Elles vous respecteront. 
 
 
Nous sommes heureux que Fitri ait trouvé un environnement qui promeut la liberté et la tolérance, tant dans ses familles d'accueil que sur son lieu de travail. Pour vous aider davantage sur ce sujet, voici quelques conseils que vous pouvez prendre en considération : 
 
1. Nous avons des filtres qui indiquent les inclinaisons religieuses de chaque utilisateur de notre plateforme. Vérifiez-les avant d'ajouter une famille à vos favoris. 
 
2. Planifiez au moins trois appels vidéo avec la famille d'accueil avant de décider de travailler avec elle ou non. Profitez de ces appels pour aborder des sujets tels que votre régime alimentaire, vos horaires de travail, votre salaire, votre temps libre et vos traditions.
 
3. Promouvoir un échange culturel ne signifie pas que vous devez adopter de nouvelles croyances ou faire semblant de le faire. Profitez de cette expérience pour en apprendre davantage sur les autres cultures, mais ne vous sentez pas obligé de changer votre système de valeurs. 
 
4. Il en va de même dans le cas inverse. N'essayez en aucun cas de convaincre les parents ou les enfants du pays d'accueil de suivre votre religion. Vous pouvez partager vos coutumes, mais n'essayez pas de les imposer. Il est important que vous discutiez avec les parents du type de traditions que vous pouvez enseigner aux enfants. 
 
5. Enfin, ouvrez votre esprit. Le monde est merveilleux et diversifié, et être au pair, c'est découvrir de nouvelles choses. Apprendre à connaître la culture des autres ne signifie pas nécessairement que vous devez changer ou cacher la vôtre. Bien au contraire. Faites du programme un lieu d'échange et de reconnaissance mutuelle. 
 
Avez-vous des anecdotes ou des conseils à partager sur ce sujet ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.
 

Conseils pour déménager à l'étrangerpar Alvaro Galvez Loyola le 17 May, 2023En savoir plus »
Les meilleurs pays LGBTQ+ pour vivre à l'étrangerpar Alice le 07 Jun, 2023En savoir plus »
Quelques commentaires...
Laissez une réponse:
Rejoignez-nous
Suivez nos comptes AuPair.com - visitez nos réseaux sociaux, rejoignez notre communauté et recevez les dernières actualités du monde Au Pair.
Rejoignez-nous
Avez-vous hâte de commencer le programme Au Pair ? AuPair.com vous aidera à trouver votre future Au Pair / Famille d'accueil.
Inscrivez-vous et découvrez ce que nous pouvons faire pour vous:
S'inscrire comme Aupair S'inscrire comme famille